Le souffle de la bombe

Et si la mauvaise nouvelle était que nous étions tous éternels

de david conrad

Les comédiens
  • Karin Martin-Prével :
    Elle
  • Léon Zongo :
    Lui
L'équipe
  • Auteur :
    David Conrad
  • Mise en scène :
    Aurélien Serre, David Conrad
  • Scénographie :
    Jean-Baptiste Cleyet
  • Création lumière et son:
    Guillaume Clavel
  • Chargée de Production:
    Tatiana Panova
  • Administration :
    Laurence Lancien
  • Elle

    Karin Martin-Prével

  • Lui

    Léon Zongo

Synopsis

Cela pourrait être vous ou d’autres personnes connues ou inconnues.
Il et Elle n’ont pas de nom. Ils vivent dans un lieu modeste avec leurs enfants. Le monde extérieur les a étouffés dans un quotidien de plus en plus difficile.
Abandonnés puis ignorés par une société qui avance sans se soucier de son impact sur le monde, Elle, va bouleverser la planète en provocant le souffle de la bombe.

Note d’intention de l’Auteur

Le souffle de la bombe est tout d’abord né du projet cruel de Médée. La volonté de garder la structure sans pour autant écrire la même histoire était le point de départ. Les deux personnages ne portent pas le nom de Médée et Jason, mais Elle et Lui. Il en est de même pour les enfants qui ne sont pas la cible de la vengeance d’une mère envers un mari. Elle est convaincue qu’elle rend service à ses enfants en les assassinant. La famille se situe donc dans une structure socio-économique faible. Tous les autres personnages comme Créon ou le choeur n’apparaissent pas directement. Leurs positions sont donc détournées mais bien présentes. Les enfants quant à eux sont loin de la lignée du sang royal. Dans « le souffle de la bombe » aucun sentiment de vengeance et de trahison, le sens premier est de savoir si Elle, Lui et les enfants méritent leur place dans la société. Elle qui n’est pas magicienne dans « Le Souffle » utilise les cartes pour se persuader de mettre en oeuvre les actes qu’elle projette. Il y a, en ce personnage de Elle, un mélange de désespérance et de froide raison. Elle tue son mari et ses enfants, qui reviendront sur scène. Mais pour quelle raison ? Le souffle de la bombe n’est donc pas une énième écriture de Médée. Mais bien, la volonté d’essayer de partir de Médée afin de questionner notre société actuelle et de pousser encore plus loin l’imaginaire du « Souffle de la Bombe ».

Note d’intention de mise en scène

Aborder l’absurdité de nos courses folles vers l’inutile est le constat accablant du souffle de la bombe. Mais ce texte offre la possibilité de pousser cette absurdité encore plus loin.

Alors soit allons y !
Rions du drame qui se joue devant nous et dont nous en sommes les acteurs.
Rions de ce que pourrait être l’homme, s’il était pris à son propre piège : êtres éternels !
La mise en scène relève le défi de ce qu’il pourrait advenir si nous ne pouvions pas mourir. Et si en plus d’être éternel nous nous décomposions ? Quelle aubaine ce serait de jouer avec nos membres qui nous rendent incapables de nous mouvoir, de nous déplacer, de nous coiffer…
Alors, osons le grand guignol ! Osons la fragilité de la chaire humaine qui nous rend soudain si absurde et ô combien humain.
Le choix de la mise en scène ne refuse pas non plus la gravité que le texte recèle. Ce va-et-vient entre le grand guignol et la volonté de la dramaturgie grecque permettra peut-être aux spectateurs de réaliser le décentrement nécessaire face aux défis qui arrivent.

Ce sont toujours des morts qui donnent sens à la vie. Or c’est justement cet horizon de sens-là que la fin des temps annihile. A quoi pourrait en effet ressembler une mort admirable, au temps des derniers morts et dans le désespoir dans lequel les gens mourront alors ?

Pierre-Henri Castel : Le Mal qui vient
David Conrad

Note sur la proposition scénographique pour « Le souffle de la bombe »

Un « extrait » d’appartement de type HLM de moyenne gamme se présente en citation sur le plateau de manière frontale. Une table basse à l’avant-scène jardin héberge un ordinateur portable. Côté cour la table haute d’une cuisine ouverte, surplombée par un morceau de plafond qui vient fermer l’espace par le haut et dramatiser l’ensemble. La suspension qu’il héberge pointe les tarots sur la table. Un muret au fond de scène suggère une coursive ou un balcon collectif comme un dehors.


Le décor de la pièce se présente comme un jeu de construction dont les éléments préfabriqués d’architecture ou de mobilier bas de gamme cohabitent comme ils peuvent. À ce titre, ils fonctionnent volontiers eux aussi comme des personnages de la pièce, comme des présences. Ils survivront peut-être aux humains eux-mêmes comme les vestiges d’un monde voué aux objets.


Ce lego curieusement assemblé va être le théâtre d’un dérèglement progressif puis de l ‘intrusion du chaos. Les portes qui d’habitude créent l’intimité dans les espaces de vie sont absentes. L’extérieur s’engouffre à l’intérieur. L’agencement de l’espace laisse une grande liberté de circulation, dont on ne sait pas quoi faire. Il n’y a pas de centre, pas de perspectives, pas de directions, comme dans un paysage de banlieue. Ici, tout semble normal et rien ne l’est. Cette disposition qui semble provisoire est en fait figée et ne bougera pas. C’est un lieu de vie sans avenir, ouvert aux quatre vents, celui de l’errance où rien ne mène nulle part comme un morceau de labyrinthe. Les pendrillons et le dispositif propre à la salle nous ramènent au théâtre en encadrant cet espace défait, démonté, où survivent les personnages.

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA  qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu (formulaire de contact notamment) ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Nos partenaires

La Cie Z.A.D.

© 2019 Compagnie ZAD - Tous droits réservés
48 Saint Pierre de Vaise
69009 Lyon

Adresse Administrative

Laurence Lancien
15 Rue Sadi Carnot
81310 Lisle Sur Tarn
: 06.26.55.33.19
: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Chargée de production et de diffusion

Tatiana Panova
Tél : 07.67.38.95.48
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.